samedi 21 mai 2016

Journal de Luciole [13] Stage "parage naturel" avec Guillaume Parisot

Il s'est déroulé les 7 et 8 mai à côté de Panissières. Dans le programme de départ, j'avais un stage d'une journée bien plus loin que ça avec un autre intervenant, mais ça a été annulé. Pour le coup, tant mieux !
Comme je voulais quand même vraiment m'informer (au minimum) sur cette option des pieds nus et du parage naturel, j'ai recommencé mes recherches et avec de la chance je me suis inscris à la dernière minute... Merci Stéphanie !! (L'organisatrice du stage qui a pris le temps de m'expliquer tout bien)

Je connaissais Guillaume Parisot grâce à son blog : Podologie Équine Libre, et si ça ne vous dit rien, vous avez une fabuleuse et conséquente découverte à faire !
Me voilà donc à m'équiper de neuf (pour le matos) et de moins neuf (pour les vêtements) en une semaine pour être parée à parer. Je ne connaissais le maniement d'aucun outil que j'ai commandé pour l'occasion... Et oui, comme pour les autres stages, on part de loin.

Ça tombe bien, le 1er jour de stage est entièrement consacré à la théorie. Si vous avez lu les autres articles de ce journal, vous savez que j'en découvre de belles à chaque nouveau stage, des choses qui pourtant pourraient être avantageusement connues bien plus tôt ? Et bien ça n'a pas manqué.
Une mine d'information, anatomiques, physiologiques, biomécaniques, avec le soucis du détail, et des réponses à toute question survenant, c'est ce qui nous a été offert.
Tout ça illustré par des photos / dessins / vidéos venant de multiples sources : naturalistes, vétérinaires, scientifiques,...

C'était totalement passionnant.




2ème jour : Révisions rapides et entraînement pour prendre les mesures anatomiques nécessaires à un parage raisonné. Chacun sa petite ardoise blanche, c'est là qu'on tente de mettre en place tous les repères qu'on pensait pourtant avoir bien assimilé la veille... C'est en faisant qu'on apprends, donc les ardoises c'est bien, mais des pieds de chevaux, c'est mieux !
Oui, cependant pour faire nos ratés en toute sécurité, nous travaillons sur des pieds de chevaux morts. Le concept peut refroidir, mais nous remercions les pieds "cobayes" empruntés à l'abattoir voisin de leur sacrifice.



Parce que des ratés, il y en a, le temps déjà d'amadouer la pince à parer : "Oups... Je crois que je viens de massacrer la ligne blanche...", la reinette, la rape : "Ouf... Vive les gants, j'ai encore ripé", etc.
Petit à petit, on continue à tester des choses mais en prenant confiance et surtout en respectant les repères anatomiques que nous avons appris à placer, donc les derniers sabots parés ne sont peut-être pas sublimes, mais ils sont corrects. Ce qui est déjà une super bonne nouvelle.



Tout s'est déroulé dans une super ambiance studieuse mais pas que, avec le beau temps et des organisateurs super aimables.
_____________________________________________

Extraits de notes de stage : 

* D'abord, ne pas nuire.

* Ça vous étonne si je dis qu'on a parlé de l'approche globale du cheval ? Si oui, allez lire les précédents articles ;) Encore une fois, c'est les conditions de vie du cheval, son alimentation, le bon état général, les visites de l'ostéo et d'autres intervenants qui font un cheval en santé et bien dans sa tête. Aucun de ces éléments ne peut résoudre tous les problèmes, mais il y a de bonnes chances que la combinaison de tous les résolvent. 

* Pour déterminer le parage nécessaire : Prise en compte de tout l'environnement du cheval. Sols sur lesquels il évolue, poids, travail, objectifs du cavalier, météo...

* Le fer empêche le sabot de fonctionner comme il le devrait. (Point d'impact naturel "sur les talons", action de la fourchette et de la sole périphérique dans l'appui) 
Le cerveau du cheval le perçoit de fait différemment au fil du temps, et ne le vascularise plus autant. C'est réversible, mais de fait, lors d'une remise pied nu d'un cheval ferré, les sensations réapparaissent, la sensibilité également, et le temps de redécouvrir tout ça, ... ça fait mal. 

* C'est pourquoi il faut prévoir une plus ou moins longue rééducation en douceur, (ça peut prendre 1 an pour qu'un pied nu "sain" se forme avec parage régulier !), des hipposandales, etc. (Et vive les paddocks paradise)



_____________________________________________

C'est très très résumé comme résumé, mais c'est parce que j'ai deux armes secrètes !!

Tadaaaaa :

- Un article publié par une stagiaire d'un précédent stage qui a fait ça Bien, (en le lisant avant d'y participer je me suis dit que j'allais vraiment galérer à comprendre tout ça lors du stage, alors qu'en fait pas tant) > Aller lire l'article sur "D'un cheval l'autre"

- Le blog déjà mentionné de Guillaume : Podologie Équine Libre

Si vous avez encore faim de lecture après ces deux liens, j'envisagerai de compléter cet article... ;) 

En tout cas, est-il besoin de préciser que je recommande cette expérience ? 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire