mercredi 6 avril 2016

[Journal de Luciole 10] : Stage Parelli avec Estelle Nowak

Parmi les personnes que je suivais depuis pas mal de temps en mode fan, il y a Véronique Dumoulin, qui fait de l'élevage de chevaux de pure race Espagnole mais pas que, au Haras du Grand Orme. Je continue à lire avidement ses témoignages de communication intuitive et ses messages pleins de sens et de belle philosophie de vie sur facebook. Son site : http://harasdugrandorme.com/

Elle accueille également des formations qui font toutes super envie, méthodes alternatives, soins énergétiques, gestion, etc. Bref, c'est la première fois que je me rends là-bas et c'est pour suivre un stage en auditrice libre, avec Estelle Nowak, l'une des rares instructrices Parelli en France. Son site : http://estellenowak.e-monsite.com/

"La méthode de Pat Parelli s'adresse à tous les cavaliers, qu'ils soient classiques ou western, amateurs ou professionnels, qu'ils se consacrent au saut d'obstacle comme aux randonnées ; et à tous les chevaux, sans distinction de race ou d'âge.
Elle a pour but d'aider les cavaliers à atteindre une meilleure relation avec leur cheval basée sur le respect et le partenariat, grâce à la psychologie, la communication et la compréhension.
En effet, Pat Parelli considère que la majorité des problèmes avec les chevaux viennent du fait que les hommes ne "parlent" pas leur langage, ne se mettent pas à leur place et raisonnent comme des prédateurs, alors que le cheval est une proie, ce qui implique des réactions totalement opposées aux notres.
Cette méthode, scindée en 10 levels, cherche donc à amener le cheval à considérer l'homme non pas comme un prédateur, mais comme un leader qui apporte confort et sécurité. Les cavaliers doivent toujours se remettre en question et utiliser le principe du confort/inconfort ( à ne pas confondre avec récompense/punition ) pour motiver le cheval qui choisit ainsi d'obéir avec moins de contraintes. Pat Parelli, comme la plupart des "nouveaux maîtres", insiste sur l'importance du travail en liberté ( le travail au sol étant souvent réduit aux séances de longe aussi ennuyeuses que répétitives ) qui nécessite une véritable attention du cheval envers son cavalier.
De plus, il est important de présenter le travail comme un jeu, ainsi, Pat Parelli conseille : "Le secret est de jouer avec votre cheval mais de travailler sur vous-même", et interroge : "Si votre cheval est un loisir pour vous, pouvez-vous être un loisir pour votre cheval ?".
Enfin, les enrênements sévères et autres moyens barbares pour "soumettre" le cheval sont bannis, car ils sont révélateurs d'un manque de communication entre l'homme et le cheval."

[Texte copié sur ponyhorse.free.fr]
_________________________________________________


Cassandra, la jeune stagiaire qui a très bien suivi ! (Photo de Véronique)

Déroulement du stage :
- Présentation d'Estelle et du programme Parelli
- Tour de présentation des stagiaires et leurs attentes
- Découverte du matériel. Principes des jeux Parelli et de la philosophie.
- Séances à pied, jeux 1 et 2, après avoir mis le calme dans la carrière... Entre le vent, le nouvel environnement, les chevaux inconnus dans les paddocks et les lapins... Il y avait de l'excitation dans l'air !
- La séance suivante démarre plus zen, jeu 3, puis 4.
- Travail sans les chevaux avec des humains-cobayes sur les sensation, sur le Focus. Manipulation du stick et de la cordelette sans chevaux également (nous victimisons des plots sans défense).
- Beaucoup d'exercices variés qui amènent des résultats probants avec les chevaux !
- Travail monté pour la plupart le dernier après-midi, après avoir vu les "vérifications avant décollage" au sol puis monté.
- Débriefing avec ressentis de chacun et points à travailler à la maison au cas par cas.

_______________________________________
Extrait des notes prises pendant le stage :

. Piège de l'appellation "méthodes douces" car le cheval n'est pas toujours doux. Méthode juste, plutôt.

. La confiance se gagne en montrant aux chevaux qu'on les considèrent comme des chevaux, pas comme des vélos ni comme des prédateurs... Respecter leur nature de proie et s'adapter à cela.
. Le respect n'est pas seulement celui qui doit passer entre l'homme et le cheval, mais également celui que l'homme doit accorder à TOUT l'état naturel du cheval. (Vie quotidienne la plus naturelle possible, par exemple)

. Point friandises : Ce n'est pas un code qui existe dans la nature... Donc pas naturel pour le cheval, ce n'est pas respecter sa nature de travailler avec / pour des friandises.

. Toujours travailler en se référant à la vie en troupeau. Connaître et utiliser les codes qu'ils ont entre eux, leurs manières de faire, leurs attitudes...
Exemple : Approcher un cheval "poliment", pas comme un sans-gêne menaçant

. Obtenir un résultat, avoir le cheval qui fait ce qu'on lui demande, n'est pas si compliqué. Mais penser à se demander POURQUOI il l'a fait : Est-ce qu'il était ok pour le faire ? Est-ce qu'il le fait pour avoir la paix ? Est-ce qu'il n'a pas eu le choix ?
(Bien sûr on préférera la première solution)

. Les 7 jeux Parelli sont comme un alphabet. Une fois ces principales lettres apprises, on peut les associer, combiner, extrapoler à l'infini pour développer tout ce qu'on veut.

. Timing (le fait d'agir, résister, céder au bon moment) : "Suis-je présente à la seconde où mon cheval a besoin de moi ?"

. Responsabiliser le cheval sans abandonner nos propres responsabilités.

. Construire des priorités pour le cheval, notamment notre espace personnel (sécurité) : Même en cas d'inattention ou de déconcentration, le cheval devrait faire attention à mon espace, ne pas me bousculer ni me mettre en danger.

. 1 mouche ou un taon dérange le cheval et le font se déplacer ou bouger une partie du corps. Alors pourquoi mettre plus de pression qu'une mouche ? Dans l'idéal, revenir des pressions aussi légères que ça.

. En cas de désaccord entre eux ou avec l'humain, les chevaux dominants vont aller dans le conflit. Les soumis vont de leur côté perdre la confiance. Dans les deux cas, les désaccords ne sont pas souhaitables donc.

. Intérêt de travailler avec des repères, pour le cheval qui y est sensible (cône, poteau...) mais aussi pour le cavalier ! Toujours savoir où l'on veut aller avant de demander au cheval de bouger. Se choisir des objectifs, des directions, au lieu de juste tournicoter sans but dans l'espace.

___________________________________________

Tout le monde a été ravi de ce stage, fait dans la progression, avec de bons principes et beaucoup d'exercices intéressants !
L'intelligence d'Estelle Nowak qui a su adapter chaque situation aux différents couples présents m'a beaucoup intéressé : jusqu'à avoir un travail très différencié pour tout le monde le 2ème jour pour que tout le monde y trouve son compte. Partir du cheval, du cavalier et de leur relation actuelle pour bosser : bien plus efficace et profitable que de définir des objectifs communs, et d'ennuyer certains ou d'en mettre d'autres en difficulté.

Une façon d'agir cohérente, une stabilité émotionnelle et la joie de voir des choses se dénouer au fur et à mesure, comme par magie... Au fil des exercices, sans se focaliser sur les points faibles. PiouPiou pourra vous en parler ! ^^

Bref, stage très intéressant, super ambiance, belles rencontres.
Merci à toutes !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire